13 avril 2018

Jeudi

The poet Jenny Joseph, who has died aged 85, might well have wondered a little ruefully whether WH Auden was altogether correct in maintaining that “poetry makes nothing happen”. Her famous Warning (“When I am an old woman I shall wear purple/ With a red hat which doesn’t go, and doesn’t suit me ... ”) was written when she was 28, and after its appearance in an early book went almost unnoticed for 25 years. Then, because of its contention that growing old should be a defiant process, it gradually began to be... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

Mercredi

      Il est le premier fils d'Henri Amiel et de Caroline Brandt. Deux tragédies familiales marquent son enfance : la mort de sa mère (d'unetuberculose), alors qu'il n'a que onze ans, et, moins de deux ans plus tard, le suicide de son père, qui se pend. Henri-Frédéric, alors âgé, de 13 ans, et ses deux sœurs cadettes, Fanny et Laure, sont recueillis par leur oncle Frédéric Amiel et leur tante Fanchette, déjà parents de onze enfants. Ce séjour dure sept ans. Après avoir commencé ses études dans sa... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2018

Mardi

  . Cendresde choses mortes, de maux perdus,de contacts ineffables, de soupirsmuets ; vivesflammes, auprès de vous elles m’entraînent en actepour que, d’inquiétude en inquiétude, je m’avance aux lisièresdu sommeil ; et au sommeil,par ces liens tendres et passionnésqu’ont la mère et son bambin,  en vous, cendresje m’enfouis. L’angoissecet écueil du passage, je la désarme. Comme un bienheureuxsur le chemin du paradis,je monte l’escalier, je fais halte devant une porteoù je sonnais autrefois. Le tempsa cédé d’un... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2018

Lundi

    Le printemps en Suisse.   Le printemps en Syrie.   
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2018

Dimanche, c'est bientôt la mi-temps....

                 Poèmes persans LE SABLE Son grain tiède glisse entre les doigts telle une caresse, Ainsi a glissé sur mon âme le doux sourire d’Aïcha.  Mille autres sourires ont passé sur mon âme. L’un y a fait une brûlure ; l’autre y a laissé un dard. Où retrouver, dans le désert de ma vie, Le grain de sable qui fut le sourire d’Aïcha ?    SON AMOUR Tu as encensé mes yeux de gazelle. Tu as exalté la musique de ma voix Tu... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2018

Samedi... pour mes amis anglophones

         
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2018

Vendredi

  JE VOUS AIMAIS de Pouchkine Je vous aimais... et mon amour peut-êtreAu fond du cœur n'est pas encore éteint. Mais je saurai n'en rien laisser paraître. Je ne veux plus vous faire de chagrin. Je vous aimais d'un feu timide et tendre, Souvent jaloux, mais si sincèrement, Je vous aimais sans jamais rien attendre...Ah! puisse un autre vous aimer autant.   C'est l’un des plus connus, en Russie on l'apprend à l'école, on le chante en tzigane, on le récite dans les soirées…   ... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2018

Jeudi, - 48

Endurons tous ces maux Endurons tous ces maux ; peut-être à l’avenirNous sera-t-il bien doux de nous en souvenir ? Virgile  
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2018

Mercredi

  Charles Bukowski – L’écrasement (The Crunch, 1977) trop grandtrop petit trop grostrop maigreou rien du tout. rire oularmes haineuxamoureux des inconnus avec des gueulespasséesà la limaille de plomb des soudards qui parcourentdes rues en ruines qui agitent des bouteilleset qui, baïonnette au canon, violentdes vierges ou un vieux type dans une pièce misérableavec une photographie de M.Monroe. il y a dans ce monde une solitude si grandeque vous pouvez la prendreà bras le corps. des gens claquésmutilésaussi... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2018

Mardi

N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit  N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit, Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ; Rager, s’enrager contre la mort de la lumière. Bien que les hommes sages à leur fin sachent que l’obscur est mérité, Parce que leurs paroles n’ont fourché nul éclair ils N’entrent pas sans violence dans cette bonne nuit.  Les hommes bons, passée la dernière vague, criant combien clairs Leurs actes frêles auraient pu danser en un verre baie Ragent,... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]