Au gré de la plume

23 février 2019

Printemps hanoien (petite suite de ce matin) 10 mars 2013

FSCN4576

   Nul doute qu'on s'en souvienne dans les chaumières des aimables visiteurs de mon bloguinatzet, dimanche dernier Dulcinée s'envolait pour Danang.

   Souhaitant me dédommager de cette absence, son patron offrit de prendre à sa charge un de nos prochains repas en ville.

- Un steak, s'étonna-t-il lorsqu'elle lui dit quel mets me plairait alors ! Et où donc, au Métropole, au "Jackson" ? (Deux restaurants du haut de gamme).

- Que non, au Al Fresco.

   Rien de modeste dans ce choix, c'est simplement, selon moi, le meilleur endroit à Hanoi pour une tranche de boeuf (importée) cuisinée à souhait, servie par un personnel aimable et efficace.

FSCN4544

Le bus "14" (pris au début de la rue des plantes) nous dépose au coin nord-est du

petit lac Hoan Kiem.

hanoiview2_map

FSCN4543

Pas vraiment de soleil mais une douce température.

FSCN4539

FSCN4537

FSCN4535

FSCN4528

FSCN4530

FSCN4531

FSCN4533

FSCN4553 FSCN4565

FSCN4562 FSCN4564

En attendant le bus "45", rue Hai Ba Trung.

La dame pèle des ananas. Ils viennent de Uong Bi (entre Hanoi et Ha Long),

petits, goûteux...un délice avec un peu de sel poivré Et des miettes de cacahouète.

 DSCN4577

(Aller et) Retour en bus.

FSCN4572

Square Le-Nin, rue Dien Bien Phu.

FSCN4570

A deux pas du monuments aux bons morts de la guerre.

DSCN4578

L'entrée de l'ancienne mairie du village aujourd'hui reconvertie en "centre culturel"

mais en réalité ce n'est qu'un parking.

L.T.

Bon dimanche ! C'était un petit clin d'oeil amical aux "pied-jaune" qui vivent loin du Vietnam.

Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


22 février 2019

Et une semaine de plus 11 mars 2013

1303110013 Ce matin Dulcinée s'est levée peu après moi. C'est qu'elle prépare un repas (à emporter) pour ses (anciennes) collègues de travail. Ces dames mangeront tout ça dans leur bureau.

Ci-dessus un de ces chaudrons où l'on glisse une de ces briques de charbon. L'allumage nécessite un savoir faire. Et on pose ensuite la bouillotte ou la marmite par dessus.

1303110001

Ma sortie ce lundi matin timidement ensoleillé. 25°, temps sec.

1303110002 Rue Thuy Khue

La jeune dame qui vieillit trop vite.

RSCN4584

L'atelier du réparateur de bicyclettes.

1303110003

Le goulet.

1303110004

Le riz, les oeufs et des livres d'occasion sales mais pas chers.

1303110005

Des fleurs pour Hélène.

1303110006

1303110007

Un oeil sur la rue Thuy Khue.

1303110008

Le sommet de la "montée" de Buoi.

1303110009 

Au début de la rue des plantes (rue Hoang Hoa Tham).

1303110010

Une des nombreuses galeries de la rue des plantes.

1303110011 1303110014

Rue des plantes...

RSCN4582

Un peu grande la robe !

RSCN4586 RSCN4583 

1303110015

DSCN4587

La vieille dame va faire son pipoulet après sa petite bière.

DSCN4588

Le paisible ruisseau To Lich.

DSCN4589

Retour sur la rue Thuy Khue.

DSCN4590

DSCN4593

En rentrant, le long de notre ruelle 530.

L.T.

P.S.1: Apprendre la langue vietnamienne à Genève... Un article rédigé par cette journaliste qui a fait récemment un stage en Suisse. J'ai souligné le nom du fameux compositeur vietnamien (Trinh Cong Son, aujourd'hui décédé), un homme que j'ai connu autrefois à Saigon .

Apprendre le vietnamien à Genève

04/03/2013 13:58
L’association Pont pacifique ressemble - comme son nom l’indique - à un pont raccourcissant la distance qui sépare la Suisse du Vietnam. Parmi les nombreuses activités qu’elle mène, elle s’est fait la spécialiste de l’organisation de cours de vietnamien.Même s’ils sont nés ou sont arrivés dès leur plus jeune âge en Europe, la plupart des Vietnamiens de Suisse restent attachés à leur langue maternelle. L’école Au Lac Viêt, à Genève, permet à ces Viêt kiêu d’apprendre le vietnamien ou de l’approfondir. Et des Suisses «de souche» y participent aussi.

Nous nous sommes rendus dans cet établissement, tenu par l’association Pont pacifique, lors d’une glaciale matinée d’hiver. Dans la salle de classe, six élèves, Suisses et Vietnamiens, s’apprêtaient à passer un petit test. L’épreuve écrite consistait entre autres à traduire un texte en français et à des exercices de grammaire. Selon Trân Hà Linh, enseignante, étudiante en master de finances à l’Université de Genève, les élèves sont très motivés et s’accrochent pour apprendre cette langue difficile.

Un cours de vietnamien de niveau 1 à l’école Au Lac Viêt.

Des cours pour adultes et enfants
Mai Linh est une jolie métisse suisso-vietnamienne de 23 ans. Elle a commencé à apprendre la langue de sa maman à l’école Au Lac Viêt en septembre 2012. En quelques mois d’apprentissage, elle a commencé à pouvoir entretenir des conversations simples. «En parallèle aux deux cours hebdomadaires, je pratique le vietnamien à la maison. La prononciation est difficile mais j’ai vraiment envie de l’approfondir, pour être plus à l’aise à l’oral, notamment avec mes grands-parents et ma mère», a confié la jeune femme. En avril, Mai Linh reviendra dans le pays natal de sa mère dans le cadre d’un stage dans une organisation francophone à Hanoi. De fait, elle met les bouchées doubles afin de ne pas se heurter à cette fameuse barrière de la langue !

Garder un lien avec le «pays du cœur»
Huguette Micard, quant à elle, apprend le vietnamien en prévision d’un voyage dans le pays de ses ancêtres cette année. Malgré un nom à consonance bien francophone, elle est aussi d’origine vietnamienne. «Vraiment, le vietnamien est difficile, notamment la prononciation. Je suis arrivée en France à l’âge de sept ans avant de venir vivre en Suisse, et j’ai eu très peu d’occasion de pratiquer la langue de ma mère. Maintenant, à l’âge de 64 ans, la retraite me permet d’avoir plus de temps pour m’y consacrer », confie-t-elle.

Outre l’enseignement de la langue vietnamienne, l’école s’intéresse aussi à l’organisation d’activités culturelles, notamment l’accueil du Têt traditionnel.

Selon le docteur Hoàng Van Khân, un Viêt kiêu qui vit à Genève depuis plus de 30 ans, aussi président de l’association Pont pacifique, les cours de vietnamien de l’école Au Lac Viêt sont ouverts depuis 2005, avec l’encouragement de l’ancien ambassadeur vietnamien auprès de l’ONU à Genève, Ngô Quang Xuân. Au début, ils étaient organisés dans les locaux de la délégation vietnamienne auprès de l’ONU à Genève. Avec un nombre croissant d’élèves, les locaux de la délégation vietnamienne deviennent étroits. «Je devrais louer un autre bâtiment plus large. Je suis vraiment encouragé et me suis adonné à étudier la méthode Tomatis appropriée pour l’enseignement du vietnamien à Genève», raconte M. Khân. Cette méthode est basée sur celle d’Alfred Angelo Tomatis (1920-2001) - un médecin oto-rhino-laryngologiste, qui a consacré l’essentiel de sa vie professionnelle à étudier les processus liant l’écoute au langage.

Intepréter des chansons, une manière originale d’apprendre le vietnamien à l’école Au Lac Viêt.

Ces cours bihebdomadaires, chacun de trois mois, attirent tout type de public. Il y a bien sûr plusieurs niveaux. À chaque cours, en plus des parties indispensables comme vocabulaire, prononciation, grammaire, connaissances sur l’histoire et la culture vietnamiennes, les élèves apprennent et interprètent toujours trois chansons vietnamiennes, dont un air folklorique et une chanson du feu compositeur Trinh Công Son.

D’après Hoàng Van Khân, les apprenants sont nombreux. La plupart ont des attaches familiales avec le Vietnam, mais il y a aussi des Suisses et des Français «de souche» vivant à Genève qui désirent apprendre le vietnamien pour leur plaisir ou en vue d’un poste au Vietnam. D’après lui, tous les activités d’enseignement de la langue ou d’organisation d’activités culturelles comme l’accueil du Têt traditionnel, la fête de la Mi-automne sont le fruit de la communauté des Viêt kiêu de Genève, pour garder un lien avec le «pays du coeur».

Texte et photos : Thu Trang/CVN

13126910401981571525_574_0 Trinh Cong Son,

souvent surnommé le "Dylan vietnamien".

P.S.2: Du coup on se demande qui est cette dame "awardée".... Pour essayer de comprendre il faut savoir que quiconque "donne une mauvaise image du pays" est condamnable, selon la loi.

VN protests US State Department award to law violator

The US State Department’s presentation of 2012 International Women of Courage Award to a violator of Vietnamese law is erroneous, spokesman for the Vietnamese Foreign Ministry Luong Thanh Nghi has stated.

In replying to a reporter’s question asking for Vietnam’s comments on the US State Department giving 2012 International Women of Courage Award to Ta Phong Tan, spokesman Nghi said “ Vietnam protests the decision to present the award to an individual who has breached Vietnamese law.”

This action is an intervention into Vietnam ’s internal affairs, which is detrimental to the development of two countries’ relationship, Nghi said.

Ta Phong Tan - Wikipedia, the free encyclopedia

Posté par Buoi à 04:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

Ennui technique (passager ?) 10 mars 2013

FSCN4441

   C'est un (autre) mystère du vieillissement, des images remontent à la surface sans rien nous demander. Et des images que notre cerveau n'a aucune raison particulière de conserver. Ainsi ce matin en me promenant j'observais deux gamins ronger leur miche de pain.

   Et du coup je me suis souvenu de mon enfance dans une jolie petite ville arriérée (géographiquement) du Bas-Valais (Suisse).

   Chaque année la cure de la paroisse très catholique organisait la grande procession des Rogations. Une lente, longue et dure grimpée sur le coteau qui domine Monthey, chef-lieu du district.

   Et tout au bout on arrivait à une modeste chapelle, la chapelle de Massillon. Communion et bénédiction achevées, le curé nous libérait. C'était alors une folle débandade pour redescendre en plaine le plus vite possible et nous précipiter à la boulangerie de la rue des Anges, boulangerie logée à quelques pas de l'église et donc de la sacristie. Nous courrions en relevant notre costume d'enfant de choeur, espérant ne pas nous "encoubler" ( C.à d.: trébucher, un verbe typique de la région). 

Nous y achetions une miche de pain et une branche de chocolat avec le franc que nos mamans nous avaient gentiment donné le matin. Il faut préciser qu'en ce temps là il fallait être à jeûn depuis la veille au soir pour communier le lendemain.  

Chapelle de Massillon » paroisse catholique de Monthey

rogations

FSCN4408

FSCN4407 

Marchand ambulant de poissons et ses clientes.

FSCN4405

Le goulet.

FSCN4403 

Pomélo = bưởi, le nom du village aujourd'hui. 

FSCN4401

FSCN4399

FSCN4398

FSCN4397

Détail de la photo qui précède.

FSCN4395

Un oeil sur la rue Thuy Khue en la traversant.

FSCN4393

L'ilot du grand arbre et le thé en vrac.

FSCN4389

Au carrefour.

FSCN4511

FSCN4509 

Le "29" du premier Mois soli-lunaire, le marché des animaux.

FSCN4507

FSCN4503

FSCN4518

FSCN4520

DSCN4493

DSCN4499

FSCN4510

FSCN4387

Le sommet de la "montée" de Buoi.

FSCN4385

FSCN4380

Rue des plantes, une galerie d'"art".

Curieux d'imaginer qui pourrait acheter cette toile ?

Delaroche___Bonaparte_franchissant_les_Alpes

Version (Delaroche) plus réaliste que celle de David. Par contre celle de David contient

des détails rappelant les glorieux prédécesseurs qui franchirent ce col.

Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard - Wikipédia  

FSCN4382

FSCN4411

En buvant mon café, rue des plantes.

FSCN4517

Au magasin qui vend des animaux de compagnie.

FSCN4465 FSCN4463

FSCN4458 

Mon ami le Bon Ruisseau To Lich au passé si glorieux.

FSCN4453

Retour sur la rue Thuy Khue.

FSCN4457 

La jeune dame qui vieillit trop vite.

FSCN4452

L'entrée de la ruelle 530.

FSCN4448

FSCN4450

FSCN4445 FSCN4447

Le long de notre ngo 530.

FSCN4439

Soudain je lève les yeux. Derrière c'est un mégalo qui a construit cette maison

de 10 étages sur... 80 mètres presque carrés.

FSCN4443

FSCN4438

FSCN4436

Croisant Dulcinée sur mon retour, elle s'en va "aux légumes".

FSCN4434 1302080004

Dulcinée a récupéré les kumquats de l'arbuste pour (m')en faire une marmelade.

L.T.

P.S.: Hier vers midi, sortie en ville avè la Ki-chérie. Un repas en compagnie du fils de Dulcinée et sa bonne amie dans un nouveau restaurant singapourien ouvert au Trang Tien Plaza (Mall fraichement rénové centre ville). Un "chili crab".

FSCN4469

En allant parquer aux Hanoi Towers.

FSCN4473

Au bord du petit lac Hoan Kiem.

FSCN4474

FSCN4476

En rentrant rue Dien Bien Phu au passage de l'express Saigon - Hanoi.

FSCN4479

La tour de la Citadelle.

FSCN4514

Buoi après un long crochet au Metro caca (route de l'aéroport) pour quelques achats.

Bon dimanche.

Sortie prévue ce midi... pour un steak ! Alors qui sait, petite rallonge en fin de journée ?

Posté par Buoi à 05:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2019

Vendredi 8 mars 2013

 FSCN4327 ll est dans la nature de l'"homme" de traverser des périodes maniaco-dépressives, tout ne s'explique pas. C'est d'humeur joyeuse que j'attaque ce dernier jour de la chemaine. Une ombre légère, depuis quelques temps je me censure ce qui pourrait doucement rendre ce bloguinatzet ennuyeux, s'il ne l'était déjà pas assez.

DSCN4259 DSCN4260

Rien de neuf sous le ciel gris de Hanoi, 24°.

Hier soir, en mangeant, j'ai raconté à Dulcinée l'histoire de ce "baron de la drogue" qu'on avait arreté en Suisse il y a plus de vingt ans, en saisissant le fruit juteux de son vilain trafic (8 millions de CHF). Ce vilain réussit à s'échapper de sa prison et on le jugea donc en son absence. La police le retrouva bien longtemps après et comme la loi l'impose on le rejugea et il quitta le tribunal libre, son crime tombant aux oubliettes pour cause de prescription. Et voilà que ce bonhomme vient réclamer "son" argent (avec les intérets = 20 millions de CHF d'aujourd'hui). La décision du tribunal est en attente. S'il gagne sa cause, chaque habitant du Canton de Vaud lui payera 30 CHF (ou 100 par contribuable). A suivre !

Les millions de l'ex-baron de la drogue discutés au tribunal

Dulcinée n'en revient pas (moi non plus). Les magistrats doivent fouiller la jurisprudence !

FSCN4304 FSCN4302 FSCN4300

FSCN4298

A la sortie de notre ruelle.

FSCN4296  Du coté des branleurs buveurs de thé.

FSCN4294 

Devant l'atelier du réparateur de bicyclettes.

FSCN4292

Devant le siège reconquis.

FSCN4290

Tout y est sauf la bouillotte.

FSCN4288

FSCN4286 

Rue Thuy Khue avant de traverser, on livre les livreurs de glace.

FSCN4284

Le long du marché couvert de Buoi.

FSCN4282 

La "montée" de Buoi, coté descente.

FSCN4281 

Le sommet de la "montée" de Buoi.

FSCN4278    

Rue des plantes.

FSCN4280

FSCN4312 En buvant mon café.

FSCN4314

Soudaine panique, la patronne de la boutique évacue ses dessous pour plantes vertes,

la police arrive...

FSCN4318 FSCN4322 FSCN4324

Voilà, la camionnette de la police est partie ailleurs remuer du vent.

FSCN4332

On remet tout comme avant.

FSCN4341

FSCN4339

Le chien fidèle du raccourci.

FSCN4363 

Mon ami le brave Ruisseau To Lich.

FSCN4362 

Retour sur la rue Thuy Khue.

FSCN4360

FSCN4359 

La jeune dame qui vieillit trop vite.

 FSCN4353 La sortie tardive de la vieille dame.

FSCN4349

Le long de notre ruelle 530.

FSCN4357 Bonne journée.

A deux pas de chez nous.

L.T.

P.S.: Hier soir nous avons regardé un film étrange: " American history x". Dulcinée en était toute retournée et elle a demandé: " ça existe encore?". J'ai failli répondre: "Même en Suisse".

  220px_American_history_x_poster american_history_x_by_menco_d2zuai3

           La vie dans une banlieue de la côté est, des fanatiques néo-nazis complètement machos qui se branlent à ne rien faire entre drogue et alcool et qui cassent du nègre pour le"plaisir". Bien sûr c'est moral, l'histoire d'un repenti sortant de prison... qui retrouvera le bon chemin.

Mais l'atmosphère est hyper-réaliste et souvent crue. 

Le paradis sur terre (ou ailleurs) existe-t-il ? 

Le régime vietnamien et son intolérance auraient-ils du bon ? Nous n'avons rien de semblable ici, spécialement à Hanoi, la capitale ne peut se permettre pareil désordre. 

lp_les_de_la_triade_et_grands_flux_mondiaux

    Il existe évidemment des triades (mafias locales) qui, comme en Italie, en Europe de l'Est, en Chine et ailleurs, contrôlent certains marchés, propres et sales. Et elles ne sont jamais tendres avec les "résistants". Mais nous ne sommes que rarement confrontés à une "violence gratuite" (Je m'interroge souvent sur ce qu'est la "violence payante").

Il existe des alliances entre les triades "historiques", souvent de souche chinoise (comme à Cho Lon dans le sud) et les mafias montées par les "travailleurs volontaires" durant les années de l'amitié des Pays Frères en Europe de l'Est et en Russie. Elles ont tendance aujourd'hui à blanchir leurs activités et ne peuvent le faire sans l'aide de "personnes bien placées".  

Posté par Buoi à 04:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]