Au gré de la plume

28 août 2016

Zazie, - 1

 

DSC01190

 DSC01191 

DSC01196

DSC01199

L.T.

P.S.1.: Journée de promenades en forêt.

...

P.S.2.: Encore un psychodrame français. Si je n'aime pas beaucoup cet éditorialiste, je sais quand même lui reconnaître quelques qualités : Le burkini a fait gagner le pire,clic, 24Heures, Xavier Alonso, correspondant à Paris. Comment s'y retrouver, ou comment se retrouver après cette affaire de Burkina ? Chacun, chacune de nous devrait mettre un peu d'ordre dans ses pensées.

- Comme l'écrit M.Alonso, on a jeté de l'huile sur le feu. Le seul "bénéfice": on en prend conscience, les organisations religieuses ayant des tentations politiques devraient mesurer les risques, d'un côté, les Vilaines Droites (soutenues par le populo de tous les bords) d'un autre (côté, don), doivent choisir: continuer d'imposer leurs "idées"(?) par la force (en exploitant l'émotion) ou travailler avec les composantes politiques du pays. Ces deux "camps" sont condamnées à faire des compromis.

- Comme le disait récemment notre team leader du PSS (Parti socialiste suisse): puisqu'il y a un problème, c'est au gouvernement central (Conseil fédéral = Conseil des Ministres) de proposer des pansements, sinon des solutions, s'il le faut en modifiant des lois. 

- Le verdict de la Justice (Conseil d'Etat, Haute Cour, Tribunal fédéral) se base sur la Constitution. C'est malgré tout un excellent rappel aux justiciers de Quat'e Sous: nous vivons encore dans des Pays où le droit prime. Si les lois "vous" déplaisent, choisissez vous des représentants (aux Chambres) qui en voteront d'autres. 

- Il fait chaud ce mois d'août. Quoiqu'on pense des relations au sein (voilé) des familles musulmanes, je comprends que ces dames aient vie de se tremper dans l'eau de la mer (pour les piscines les précautions d'hygiène s'imposent). 

- Nos amis anglo-saxons se sont montrés indignes. Un ami vous conseille, vous rappelle certaines choses, il ne se moque pas de vous. On sait que les imams les plus fous vivent en Angleterre et au Pays de Galles, on lit les "dégâts quotidiens" provoqués par les armes à feu aux États-Unis, pays où la peine de mort existe encore. Une heureuse exception: Burkini : pour le maire de Londres, "personne ne devrait dicter aux femmes ce qu'elles doivent porter". clic.  

...

Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 août 2016

Vendredi, - 2

 DSC01175 

Ch'matin, avant le petit déjeuner.

DSC01176

DSC01178 DSC01179 

En allant chercher la chienne Zazie.

DSC01181 

 

DSC01183

DSC01186

 

DSC01188

.........

image 

Piquée temporairement sur le blogue d'Isabelle. Metz. 

Le lien est sur la droite >>>>>>>

image 

Jugendstil et Art Nouveau Metz - Tout Metz

image 

Ici c'est "du" Fabrice...emprunt aussi temporaire.

Le lien de son blogue est toujours sur la droite>>>>

Clin d'œil au Valais.

L.T.

P.S.: C'est simple. Aujourd'hui une grande surface commerciale offrait 20% de ravbais sur ses vins. Ce midi j'ai donc sifflé mes trois décis + les 20% offerts. Et comme j'ai l'habitude d'acheter du vin en litre, b'en ça me fait un demi-litre pour le repas de midi.

Voilà qui peut mettre en péril une nouvelle tentative de déconnage !

Heureusement la chienne Zazie s'est faite un devoir de m'emmener en promenade. Marcher ça aide à cuver !  

...

 

Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2016

Jeudi, -3

 

DSCN6825

DSCN6826

DSCN6827 DSCN6828 DSCN6830

 Ma journée commence sur le balcon par un thé de camomille et une première pipe. Bien avant que je remonte le store* à lamelles les moineaux sont là, fort(ement) engagés dans une discussion dont le sujet m'échappe. Une fois leur collation servie et l'eau rafraîchie (eau de leur abreuvoir), ces petits compagnons s'installent le long de la barrière. Il est évident que l'endroit leur plait. De cet avant-poste ils peuvent observer les environs en toute sécurité. Moi, j'essaie de comprendre leur hiérarchie. Les dames disent leurs mots ! 

DSCN6831

Une de ces dames.

DSCN6836

L'étrange c'est que souvent deux, trois, quatre stationnent ainsi un long moment, à me regarder, pourtant il reste à manger. Serait-ce de l'amitié ? Amitié faite de crainte et de curiosité. De respect, non, ces salopards chient partout.

L.T.

image 

(Le but de l'Entente cordiale: la sauvegarde des empires coloniaux, 1904)

DSCN6832

P.S.1.: * Il ne s'agit pas du "store" du balcon, celui qui nous protège du soleil, non, mais d'un store installé devant la double porte-fenêtre, que nous baissons avant de dormir.

Store ? Store — Wikipédia. Il existe des faux-amis en dehors de l'Entente Cordiale (8 avril 1904 - L'Entente cordiale - Herodote.net).

 " Les faux-amis anglais-français sont des mots de la langue anglaise qui, par leur forme, en rappellent d’autres dans la langue française mais s’en éloignent par le sens. Leur existence est rarement due au hasard : une étymologie commune ou des emprunts trans-Manche en sont généralement la raison. Le terme « faux-ami » (ou « faux ami », sans trait d’union) a été popularisé par l’ouvrage de Maxime Kœssler et Jules Derocquigny, Les Faux Amis ou les pièges du vocabulaire anglais, paru en 1928 aux éditions Vuibert. L’expression anglaise équivalente est false friends.

Lorsque l’acception ou les acceptions des faux-amis divergent complètement entre l’anglais et le français, on parle de « faux-ami complets » ou « faux-amis absolus », « faux-amis stricts » . Lorsque ces mots ont des acceptions secondaires communes, on parle de « faux-amis partiels » ou « semi faux-amis », en anglais semi-false friends.

Du point de vue étymologique, il faut distinguer les faux-amis qui sont des mots apparentés en raison d’un emprunt linguistique de ceux qui sont des mots non apparentés, c’est-à-dire des homographes (signifiants respectifs présentant une graphie identique), des homophones (signifiants phoniques identiques) ou des homonymes (à la fois homographes et homophones mais étymologie différente). Wikipedia.".

Et encore: Faux amis-anglais - Anglais facile

image

Les faux-amis français-italiens, là les racines sont souvent les mêmes. Faux amis -II- (Attention aux)-italien - Italien facile, clic. 

image

La Suisse et l'Europe offrent leur soutien à l'Italie après le séisme - rts.ch - Monde

En Suisse :

image 

La population étrangère est égale à 24% du total de la population suisse.

Les Italiens sont 300'000, sans compter les personnes naturalisées (souvent depuis très longtemps).

Et quelques exemples français-allemands de faux-amis...

  • die Pointe = la phrase de conclusion dans une blaque/ la chute de la blague
  • brisant = très actuel. Le brisant = die Klippe, oder etwas das kapputt geht/zerbrechend
  • salopp = décontracté. La salope = das Miststück, die Schlampe vulg!
  • das Büro = le bureau (la pièce). Le bureau (la table) = der Schreibtisch
  • demonstrieren = manifester. Montrer, faire une démonstration se dit, präsentieren, vorführen
  • Das Dossier = le dossier (papiers), mais jamais le dossier d’une chaise
  • die Figur= la taille, la ligne (d’une personne), la figure se dit “das Gesicht”
  • Das Baiser = la meringue. Le baiser se dit: der Kuss
  • gross = grand, et non gros/grosse se dit “dick”
  • sich blamierein = se rendre ridicule, blamer (fr) = tadeln (all)
  • brav = bien élevé, brave (fr) = tapfer (all.)
  • der Dirigent = le chef d’orchestre. Le dirigeant = der Geschäftsführer
  • frisieren = coiffer et non friser, qui se dit “kräuseln”.
  • kurios = étrangeet non curieux, qui se dit “neugierig”
  • ordinär = vulgaire, plustot que ordinaire. Le mot en allemand pour ordinaire et “normal”.
  • salopp = décontracté et n’est pas impoli ou vulgaire.
  • der Koffer = la valise, et non le coffre d’une voiture, qui se dit “der Kofferraum”
  • hier= ici, hier se dit “gestern”
  • der Humour = l’humour, l’humeur se dit “die Laune” ou “die Stimmung”
  • die Infusion = la perfusion, l’infusion se dit “der Kräutertee”

Faux amis | Espace Allemand, clic.

P.S.2.: Et puis ici on a de bons amis ! Nigel Farage encourages Donald Trump's supporters to 'stand up to the establishment' with a 'people's army' - The Telegraph

image

Tout le "monde" :) a droit à ses opinions, ce n'est pas ce qui me déplaît. Mais quand les politiciens misent sur la division et donc le clivage on peut dire qu'ils sont malhonnêtes. Un des dangers de la démocratie c'est le bi-partisme. Ces deux outsiders ont joué la-d'sus. 

P.S.3.: Ça m'amuse. Hier je faisais une remarque sur l'importance des dialogues dans les romans de Dostoievski. En gros je n'y connais rien. Il y a quarante ans j'avais lu un ouvrage de B.Brecht sur la dsitanciation, en bref... une manière de sortir de ses souliers pour se mettre à l'écart en contemplant ses pieds-plats. L'Opéra de quat'sOus Kurt Weill - Opéra de Saint-Etienne. Gorki et Brecht ? Des Bas-fonds de Gorki à La Décision de Brecht : le théâtre et le lieu du social - Cairn.info

B.Brecht c'est forcément le "dialogue" puisqu'il fut une homme de théâtre et d'opéra. Et Kurt Weill !

Dialogues ?

Commençons modestement. Imaginons Le Président français téléphonant au Président du Conseil italien:

- Matteo, c'est toi ?

- Pronto. Oui c'est moi, toi t'es qui ?

- Francois.

- Ah, Francois.

- Pas de chance, hein ! Chez nous c'est plutôt les inondations ou les grèves. Si t'as besoin d'un coup de main, hésite pas. P'is lundi je pousserai "Bruxelles", on débloquera des sous.

- Ça fait chier (sono incazzato ou mi fa cagare) Je pensais avoir une fin de semaine tranquille à la maison avec ma grognasse (épouse) et mes chiards (enfants), un barbecue au bord de la piscine. Foutu.

- Si tu veux des chiens d'avalanche je t'en envoies.

- Non, les clébards (cagnaccio) ça chie partout comme les moineaux. Parait que ça pue déjà pas mal par là-haut. faudra que j'y monte. Ah, putain, mettre des bottes en caoutchouc, je déteste, après tu sens des pieds.  

Ou alors...

- Tu es bien arrivée à Hanoi ?

- C'était long. Mon fils n'a pas pu venir me chercher à l'aéroport.

- Tu me manques.

- Toi aussi, fais attention de bien refermer la porte du frigo, hein,...?

Pire...

- Tu déconnes BH(L)...Le contraire de prier c'est rire ai-je écrit quelque part. Mais on ne peut pas toujours rire : devant les plus grandes choses, il faut prier, pleurer ou se taire.Tais-toi.

-  Allons, André (Comte-Sponville), Si les hommes sont dominés, disent-ils, ce n’est pas qu’on les manipule mais qu’ils le souhaitent au contraire, – et au cœur de ce souhait, il y a de la jouissance et seulement de la jouissance. Cette jouissance n’est pas un mensonge imposé à ses victimes, mais la pure vérité de leurs pulsions les plus secrètes. […] Et si l’on peut espérer s’en détacher, ce n’est pas à force de vérité, mais de désir toujours, – de désir abstenu, inversé ou parasite. Tout le gauchisme moderne tient à ce schéma. Le schéma même du marxisme, à cette différence près que là où l’un parle de “vérité”, l’autre parle de “libido”.

- Je ne supporte pas qu'on attaque Ferry. Très probablement, la joie philosophique consiste à vivre au-dessus des contingences habituelles, à côté des préoccupations du plus grand nombre, dans un autre endroit que sur la scène triviale du quotidien de l’homme de la rue.

- Aie, aie, aie Michel (Onfray) Il me semble que nous devrions, à l’écart du bouddhisme et du christianisme, apprendre enfin à vivre et à aimer en adultes, en pensant, s’il le faut, chaque jour à la mort. Point par fascination du morbide. Tout au contraire, pour chercher ce qu’il convient de faire ici et maintenant, dans la joie, avec ceux que nous aimons et que nous allons perdre à moins qu’ils ne nous perdent avant. Et je suis sûr, même si je suis encore infiniment loin de la posséder, que cette sagesse là existe qu’elle constitue le couronnement d’un humanisme enfin débarrassé des illusions de la métaphysique et de la religion.

{Les érudits rendront à leur César la citation (authentique et libre d'accès) qui lui convient.}

Mais, parfois...

KING LEAR

Nothing will come of nothing: speak again.

CORDELIA

Unhappy that I am, I cannot heave
My heart into my mouth: I love your majesty
According to my bond; nor more nor less.

KING LEAR

How, how, Cordelia! mend your speech a little,
Lest it may mar your fortunes.

CORDELIA

Good my lord,
You have begot me, bred me, loved me: I
Return those duties back as are right fit,
Obey you, love you, and most honour you.
Why have my sisters husbands, if they say
They love you all? Haply, when I shall wed,
That lord whose hand must take my plight shall carry
Half my love with him, half my care and duty:
Sure, I shall never marry like my sisters,
To love my father all.

KING LEAR

But goes thy heart with this?

CORDELIA

Ay, good my lord.

KING LEAR

So young, and so untender?

CORDELIA

So young, my lord, and true.

KING LEAR

Let it be so; thy truth, then, be thy dower:
For, by the sacred radiance of the sun,
The mysteries of Hecate, and the night;
By all the operation of the orbs
From whom we do exist, and cease to be;
Here I disclaim all my paternal care,
Propinquity and property of blood,
And as a stranger to my heart and me
Hold thee, from this, for ever. The barbarous Scythian,
Or he that makes his generation messes
To gorge his appetite, shall to my bosom
Be as well neighbour'd, pitied, and relieved,
As thou my sometime daughter.

...

Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2016

B'en quoi,... - 4

 

 

image 

L.T.

DSC01167

P.S1.: dans la série "ça sert à rien mais...". Hier je plaisantais sur les points communs entre Dostoievski et moi-m'aime. D'abord, ce qui m'impressionne... sa capacité à concevoir un entier roman avant de prendre sa plume d'oie. Nos nouvelles habitudes de vie et trois ans de merlot m'ont permis d'acquérir progressivement cette "technique" (chacun et/ou chacune a sa méthode pour résister aux pertes de mémoire, pertes aussi ennuyeuses que les fuites urinaires).
Je le disais, quand j'attends le retour de Dulcinée-qui-magasine, je me raconte une histoire. Mieux, je la reprends le lendemain au point resté. Ça marche couci-couça. Il m'arrive, à l'écart, de le réciter mon texte à voix haute car j'aime m'entendre. 
En ce qui concerne le Grand Auteur Russe je doute cependant qu'il fut capable de pareil pré-pensement :)... quand on connaît l'espace accordé aux dialogues dans ses romans.

Enfin ce "quand on connaît" m'amuse tant je doute qu'"on en connaisse" beaucoup sur ce Grand Auteur Russe. Il est de bon ton de se convaincre qu'on maîtrise ses "classiques". 

Lesquels de ces romans ne sont pas de Dostoievski ?

Le Double

Le Bourg de Stépantchikovo et sa populatio

Humiliés et offensés

Souvenirs de la maison des morts

Les Carnets du sous-sol

André Kolossov 

Les Trois Portraits 

Un bretteur 

Le Juif 

Petouchkov 

J'arrête mon Quiz. Oui, ça me revient, toujours le même refrain: faut-il connaître ce dont on parle pour en... parler. Ce que je rabâche souvent ainsi: Faut-il être avocat pour s'intéresser au droit et tenter de faire le tri, à la Salomon, entre le bien et la mal ? Faut-il être philosophe pour s'inquiéter (ou pas) de ce qui pourrait suivre après la mort (on ne peut pas simplement faire confiance aux "pros" de la branlette cérébrale pour se rassurer par: t'en fais pas, y'a rien, ça les penseurs de notre temps peinent à l'imaginer. Le "ça" n'étant pas la mort mais leurs conclusions hâtives et temporaires.). 

Faut-il être docteur pour se soigner ? Peut-on s'arracher une dent tout seul ? Peut-on forniquer sans considérer la nécessité de son ou sa partenaire à "partager" un bon plaisir ? 

- Bravo Papy, tu as varié la formulation.

- Merci de saluer mon effort, ma Douce. En somme, peut-on causer de Dostoievski sans tout l'avoir lu ? Mieux, qui ose prétendre savoir où il nous entraîne ? Chaque fois (ça arrive assez souvent) que quelqu'un m'arrête gentiment et me lance : vous ressemblez à Einstein *, chaque fois je réponds en souriant: oui, mais moi je ne bats pas mon épouse. Les gens sursautent (quelques centimètres, aux Génies on pardonne beaucoup). 

- J'aime tes refrains, O Mon Tendre Papy. Faut-il s'intéresser à "un peu tout", faut-il trier et ne choisir que quelques sujets? Et est-ce suffisant de "s'intéresser"? L'intérêt ne nous entraîne-t-il pas vers un engagement (même limité). 

- En effet, O Ma Plus Belle, s'intéresser à quelques affaires en restant le cul sur sa chaise, voilà bien une activité de vieux. 

- C'est parce que Dostoievski est souvent "travaillé" par le Bon Dieu, qui ti l'aime b'en ? 

- Partiellement, O Mon Absente si Présente, j'aime sa manière de donner à ses antagonistes la même force d'argumenter, la même force d'arguments. C'est comme s'il accordait une liberté à ses personnages, ses "héros". Comme s'il partageait son affection entre le "bon" et le "mauvais". C'est aussi pour cela que je doute qu'il fut capable de pré-écrire dans sa tête un roman en son entier avant de prendre sa plume d'oie. 

DSC01168

 image

* Einstein. Comme Dulcinée vient de me tondre, je ne ressemble plus à personne. À Hanoi il arrivait qu'on me trouve un côté Mark Twain. Ça me plaisait.

P.S.2.: ce matin nous prenions le café chez des amis, pas loin d'ici. On parle de tout, comme ça en glissade, en cascade, sans souci. Enfin, bon, Dulcinée en remet une couche (to add a coat of paint) à propos de sa belle-fille. Ah, les belles-mères. 

Quelqu'un glissa un "saint-frusquin" dans la conversation. 

Tout ce qu'on a d'effets et d'argent, tout ce que l'on possède
Par extension : tout le reste

Si la locution est attestée en 1710, d'abord sans trait d'union, le mot 'frusquin' seul est signalé en 1628 où, en argot, il désigne les vêtements, sans que l'on sache avec certitude pourquoi, son étymologie étant discutée.

Mais deux choses sont sûres :
- Il en reste le mot 'frusques' toujours employé de nos jours avec le même sens, plutôt péjoratif, appliqué à des mauvais habits, des hardes ;
- Le mot n'est plus utilisé isolément et n'apparaît plus que dans notre expression.

Au cours de la deuxième moitié du XVIIe siècle, 'frusquin', toujours en argot, a également désigné l'argent. Du coup, sa signification a finalement englobé tout ce que l'on possède, vêtements et argent.

Tout cela est bel et bien me direz-vous, mais par quel miracle le 'frusquin' s'est-il trouvé canonisé ? D'où vient donc ce 'saint' ?
À votre très pertinente question, je répondrais par une autre : connaissez-vous saint Crépin ? Il y a peu de chances, sauf si vous pratiquez un métier bien particulier en voie d'extinction. En effet, ce saint est le patron des cordonniers. Or, il se trouve que, chez ces artisans, le saint-crépin désigne l'ensemble de leurs outils (tout comme, d'ailleurs, le saint-jean désigne la trousse à outils des typographes).

C'est donc par simple analogie que le saint-frusquin s'est mis à représenter l'ensemble de ce qu'on possède.
Et, par extension, lorsque notre locution est employée à la suite d'une énumération, précédée de 'et', elle veut dire "et tout le reste".

« Gervaise aurait bazardé la maison; elle était prise de la rage du clou, elle se serait tondu la tête, si on avait voulu lui prêter sur ses cheveux. C'était trop commode, on ne pouvait pas s'empêcher d'aller chercher là de la monnaie, lorsqu'on attendait après un pain de quatre livres. Tout le saint-frusquin y passait, le linge, les habits, jusqu'aux outils et aux meubles. »
Émile Zola - L'assommoir - 1877

« (...) et que les sept oncles qui avaient juré devant Dieu, les Saintes Huiles et tout le saint-frusquin de le protéger et veiller sur lui font de nouveau serment tous ensemble de venger la victime et châtier le lâche coupable (...) »
Claude Simon - Le Palace - 1962

Ailleurs: Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tout le saint-frusquin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand
PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagne de der ganze Kram toute la boutique
Allemagne de der ganze Scheiß toute la merde (vulg.)
États-Unis en Lock, stock, and barrel Platine, crosse et canon (l'ensemble du mousquet)
États-Unis en Everything but the kitchen sink Tout sauf l'évier de la cuisine
Espagne es ... y toda la pesca ... et toute la pêche
Espagne es Los bártulos Les affaires
Argentine es Y la mar en coche (2e sens de l'expression, "Tout le reste") Et la mer en voiture
Mexique es Toda la pachanga Toute la fête
Espagne es Toda la parafernalia Tous les biens parafernaux
Canada (Québec) fr Toutes tes guenilles  
Italie it armi e bagagli armes et bagages
Belgique (Flandre) / Pays-Bas nl de hele santenkraam / santenboetiek toute la boutique de saints
Roumanie ro Tot calabalâcul Toutes ses affaires
Roumanie ro Toate boarfele Toutes les frusques
Slovaquie sk vsetko cakumpak tout cakumpak (mot intraduisible)

Tout le saint-frusquin - dictionnaire des expressions françaises ...

Voila pour le saint-frusquin mais "frusques"?

Génev. saint frisquin, le frisquin. D'après Charles Nisard, frusquin signifie proprement vêtement, et est une altération de fûtaine, fustaine, fustain (Revue de l'Instr. publ. 22 nov. 1860). Mais cela n'est appuyé ni par des intermédiaires ni par la forme du mot (l'r n'étant pas dans fustaine). Quant au mot saint placé devant, il n'a rien que de très ordinaire ; les habitudes dévotieuses de nos pères leur avaient fait placer le mot saint devant divers substantifs ou adjectifs, sans autre intention que d'y fixer l'attention : saint-lâche, patron des paresseux, sainte-n'y-touche, etc.

DSC01171

P.S.3.: Non. Faut avancer. Question simple. Que faut-il avoir vécu de peu ordinaire pour écrire un livre (faire un film,...)? Et si notre vie est banale, a-t-on le droit, éventuellement le besoin d'écrire ? On publie souvent des ouvrages relatant des expériences peu banales (extraordinaires, don). 

Et mes jours sont ennuyeux ? Si je n'ai rien accompli de "spécial"? L'itinéraire de Dostoievski ressemble, écrivais-je, à ceux de Sakharov, Soljenitsine, et Pasternak, enfin avec des nuances. On découvre que ce n'est pas Staline qui a inventé les camps mais Nicolas I. Rendons au Tsar... sans espérer que les calomniateurs du marxisme reconnaissent leur graine (c'est vrai, on a décidé que l'aventure communiste est un fiasco tout en accordant au capitalisme une étrange bienveillance en oubliant ses échecs set ses cruautés, ça m'énerve). 

image- La question est, O My Dear ?

- Question banane à laquelle pourrait répondre mon amie Anne *.Faut-il avoir vécu des choses fortes pour produire une œuvre forte ? Autrement posée: les "artistes" suisses sont-ils handicapés par un environnement trop paisible ? Certes nous avons eu des réalisateurs de films à la taille des plus grands (pensons à Bergman, Allen, Jarmusch, par 3 exemples étrangers in-hautsifs.  Le cinéma suisse est mort. Vivent ses réalisateurs! - SWI swissinfo.ch. Clic... on trouve nos grands suisses. Cinéma ici, mais qu'en est-il des autres muses ? 

Il y a eu récemment le Festival annuel de Locarno. Hymne au cinéma suisse. Pensez un réalisateur y a présenté l'histoire d'un Juif suisse tué pas loin d'ici en 1942 Le crime de Payerne - rts.ch - Temps présent, clic, ou «Un juif pour l'exemple», le film qui questionne aussi le présent - SWI swissinfo.ch

Je n'ai pas vu ce film, tiré du livre d'un des derniers écrivains suisses. Donc comme sujet de "création cinématographique" on a rien d'autre à se mettre sous les yeux ?  

Anne Theurillat - Wikivalais

Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]