23 avril 2018

Dimanche...

.....       Portrait I FEBRUARY 9, 2011 Comme si tes yeux avaient tout vu :doucement tu tournes à demi la têteécoutant de loin une parole qui est ditequelque part dans l’espace : sur le malheur du cœur,comme muet il courbe l’arc tendre de ton cousur le point de se rompre du désir – et voyez !sur le soir de la fenêtre de clair avrilse dessine indistinct ton profilla gorge tendue au-dessus du repos de la nuque… Portrait II   Ainsi je veux te voir :contre les fraîches... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2018

Samedi

..   Ken tulta on, se tulta palvelkoon. Ce qui est feu doit servir le feu.  Ken maata on, se maahan maatukoon. Ce qui est terre doit retourner à la terre. Mut kuka tahtoo nousta taivahille, Mais qui veut monter vers le ciel,  näin kaikuu kannelniekan virsi sille: Qu’en lui résonne l’écho du kantele : Väinämöinen jouant du Kantele Par Robert Wilhelm Ekman  1866    Mit’ oomme me? Vain tuhkaa, tomua? Que sommes nous ? Seulement des cendres, seulement de la poussière ? Ei aivan: Aatos... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2018

En vrac... -32

         
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2018

Jeudi

Un moment de paix me permet de retrouver cet étrange écrivain. Je copie et colle deux petits "éclairages" pouvant aider la lecture du poeme qui suit.... Bonjour à toutes et tous. À bientôt. L.T.. ............ Pessoa est né en 1889 à Lisbonne. Pendant trente ans, de son adolescence à sa mort, il ne quitte pas sa ville de Lisbonne, où il mène l’existence obscure d’un employé de bureau. Mais le 8 mars 1914, le poète de vingt-cinq ans, introverti, idéaliste, anxieux, voit surgir en lui son double antithétique, le maître « païen »... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Mercredi

    Hymns to the Night was divided into six sections when it was first published. These sections are all presented here within a single Web page.         ..... Hymne à la nuit, extrait, Novalis. Qui, donc, doué de vie et d’intelligence, ne préfère, parmi tous les phénomènes de l’immense espace qui l’entoure, la toute éjouissante lumière, avec ses rayons et ses ondes, ses couleurs et sa douce omniprésence dans le jour ? Comme de la vie l’âme la plus intime, la respire le monde... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2018

Mardi

......   Nizar Qabbani Nizar Qabbani (en arabe نـزار قـبـّانـي , transtlittéré Nizār Qabbānī), né le 21 mars 1923 à Al-Shaghour à Damas, Syrie et mort le 30 avril 1998 , à Londres, Grande-Bretagne, est un poète syrien ......... POÉSIE DE TRISTESSE* Ton amour m'a appris d'être triste Il y a longtemps que j'ai besoin D'une femme qui m'attriste D'une femme dans les bras de la quelle je puisse pleurer Comme un passereau D'une femme qui... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2018

Lundi

.......      Hermann Hesse (1877-1962) : Amour / Liebe Ma bouche de nouveau veut, allègre, trouverTes lèvres – tes baisers me comblent de bonheur –,Je veux prendre en ma main tes doigts qui me sont chersEt en amusement dans mes doigts les plier,Emplir de ton regard mon regard assoiffé,Couler profondément ma tête en tes cheveux,User de membres vifs et toujours en éveilPour répondre fidèle au branle de tes membres,Et consumé de feux toujours nouveaux d’amourJe veux régénérer mille fois ta... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2018

Dimanche

........ Les églises de nos villages... à moins de dix kilomètres de chez nous.      Insecte.            
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2018

Samedi, - 38

            Des murs.....      
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2018

Vendredi 13.... un "14"......

If no love is, O God, what feel I so?And if love is, what thing and which is he?If love be good, from whence comes my woe?If it be evil, a wonder, thinketh me,When every torment and adversityThat comes of it seems savoury I thinkFor I ever thirst the more the more I drink.. > And if for my own pleasure I burn,Whence comes my wailing and complaint?If harm delights me, why complain then?I know not why, unwearied, I still faint.O living death, O sweet harm strangely meant,how, in me, are you there in such quantity,unless I... [Lire la suite]
Posté par Buoi à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]