DSC03014 

Sortie pour le pain.

DSC03015

DSC03016

DSC03018

DSC03020

 

DSC03024

 

DSC03026

DSC03031

DSC03032

DSC03034

DSC03035

DSC03037

DSC03039

DSC03040

L.T.

P.S.: Lundi après-midi.


Midi chez nous,  six heures du matin en Europe continental, quand est programmé (par mes soins délicats) la publication du billet quotidien. 
Pour le visiteur il y a donc une nuit (celle qui porte conseil) entre mon lundi matin et mon lundi après-midi. Ça n'a aucune importance sinon que mon esprit est lui en ces deux moments (d'écriture) dans un même état puisque moins d'une heure les séparent * .

Tout ça pour revenir à cet étudiant qui me racontait sa peine samedi lors de ce repas de cochonneries en fausse campagne. 
On ne va pas s'apitoyer sur ce garçon. Son père saura le caser quelque part grâce au Saint Népotisme. Si ce jeune homme s'ennuie dans son travail, quelques coquines fourmis * * chatouilleront ses parties génitales, il se croira amoureux et si la demoiselle convient à ses parents on organisera fiançailles, mariage et aménagement dans un de ces appartements de  Times City (ou ailleurs). L'heureux couple produira un bébé.
Bref... ça le distraira deux ou trois ans. 
Une de ses remarques m'a touché. Il me remerciait de l'avoir écouté, de m'être montré intéressé par sa situation. 
- C'est la première fois que je peux m'exprimer librement avec le sentiment que vous comprenez  mes inquiétudes. 
J'en étais tristement heureux et un brin flatté. 
J'aurais pu lui renvoyer l'ascenseur:
- Ça fait toujours plaisir à un vieil homme deux ou trois flatteries. 
Mais je n'ai rien dit, considérant que ce garçon devait garder "le dernier mot". 
......
*   On ne prête pas assez attention à nos moments de lecture. Nous pensons trop souvent (pouvoir) lire un texte, le journal ou je ne sais quoi de pareille manière à n'importe quelle heure du jour. Faux. Nous nous sur-estimons par besoin de nous aimer. L'individu veut croire qu'il existe uniquement. Rigolade. Nous ne sommes que des clowns-clones.

Y croire (à notre unicité) favorise l'estime de soi. Vaseline que tout ça. 
...........
*  * Ah, les fourmis. Les miennes ne me marchent pas sur le sac. Ma longue nouvelle est terminée. 
-------------
Dans la perspective de ces trois mois en Suisse en compagnie de Mauricius il est possible je passe à une publication hebdomadaire de mon bloguinatzet. L'idée s'arrange bien avec mon obsession du détachement. 
Une autre histoire glougloute déjà dans ma cervelle. 
.............................
Et puis mon regard "sur" Darwin commence à changer. J'ai besoin de réfléchir sur "l'évolution des espèces", sur la sélection naturelle et l'appartenance à une famille... c.à d. à la "sélection familiale" (aurait-elle inspiré le népotisme ?). 
L'observation d'une colonie de fourmis (ou de termites), d'une ruche d'abeilles conforte l'idée de l'appartenance (et donc de la relative importance de l'identité individuelle). 

- Aie....faut suivre, Mon Papy !


La lutte de l'athéisme, louable par certains aspects, est condamnée. Ces gens bien intentionnés (?) voudraient permettre à la masse de se libérer d'une pensée collectiviste pour accorder à un supposé "individu" une liberté, perdue ou volée par des prédicateurs.  
5% ! C'est, lit-on, le pourcentage des chrétiens * qui vont encore à la messe ou au culte. C'est pourquoi j'écris que la lutte de l'athéisme est condamnée. Certes il reste encore à purifier les modes de pensée, le vocabulaire, les livres d'histoire,... Et ensuite ?

On les sent timides face à l'Islam et au Bouddhisme. 
Faut-il croire que leur légitime et bénéfique combat visait l'unique libération de l'Occident ? Il est vrai que la "philosophie" est une distraction occidentale *. Voyons, qui pourrait citer cinq noms de philosophes asiatiques, africains ou, même, américains ? 
5% ! On comprend que certains philosophes choisissent de casser aut'e chose que du croyant. Évidemment ça paie moins. C'est l'impression que j'ai eu en écoutant (une vingtaine de "lecons" via youtube) M.Onfray raconter d'énormes âneries sur Darwin, par un exemple, âneries bien plus ridicules que les miennes. Les philosophes d'autrefois réfléchissaient sur le fonctionnement de la "Cité", la place de chacun en son sein. Les Anciens, presque sans exception, se gardaient un dieu (ou un autre), quelque part. Bien évidemment ils étaient soucieux de ne fâcher personne, affirmer qu'on pouvait se passer de divinités présentait un risque. Mais cela n'explique pas de manière convaincante (suffisante) pourquoi ils se gardaient un dieu ou l'autre sous le coude. 
Attention: je ne dis pas qu'aujourd'hui l'équilibre de nos sociétés impose l'existence d'un être supérieur (créateur de l'univers ou pas). Je dis que nos sociétés libérées de croyances religieuses n'offrent pas plus de stabilité (équilibre) politique et/ou sociale, pas plus de justice, pas plus d'humanité. 

- Des branleurs de méninges ces athées, hein, mon Papy ?
- Baouf, ils ont été utiles, main'nant ? 

- Obsolètes ?

- Obsolètes.

*   Si la philosophie a de considérables titres de noblesse et sa place dans de grandes universités il est objectivement et raisonnablement impossible de la considérer comme une "science". 

...