DSC01914 DSC01915 

La sieste de samedi après-midi.

DSC01916 

Samedi soir, sortie au supermarché de la rue Lac Long Quan.

DSC01917

DSC01918 

La nuit peut paraître inquiétante dans nos sombres ruelles.

DSC01919 DSC01920

DSC01921 

----------------------------

DSC01923 

Dimanche matin.

DSC01924 DSC01925

DSC01934

DSC01935 

Je vais à la messe en emportant le pousse-pousse du petiot.

DSC01936

En attendant mon bus.

DSC01937

DSC01939

DSC01940 

Dulcinée me retrouve à la fin du culte.

DSC01944 

Et pourquoi ne pas en faire un chrétien ?

--------------------------

DSC01946 

Promenade au bord du lac Truc Bach, le coeur de Hanoi selon la légende.

 

Au-Co

DSC01947

DSC01948   

Le Vietnam est une province chinoise.

Repas au bord du lac.

DSC01949

DSC01950

DSC01953 

-------------------------------

DSC01954 DSC01955

L.T.

P.S.: Dimanche matin. 09h00.


Si Dulcinée comprend mon besoin d'isolement (par exemple pour fumer ma pipe sans l'"intoxiquer" elle... et son petit-fils), mes moments de paisible réflexion sont forcément et fortement limités. D'abord Mamcook doit s'occuper d'elle au lever, ensuite elle prépare le petit déjeuner et last but not least elle aime utiliser ses outils informatiques (tablette et téléphone) pour lire son courrier et ma page Facebook.

Les petits enfants ? "Ça va un moment !". Pourtant c'lui-là semble s'attacher à moi et cela m'inquiète. Certes ce qui est pris (donné) n'est plus à prendre (recevoir). Nous partirons dans 51 jours. Quand on vieillit (et je vieillis plus vite ici) on apprend à aimer dans la marge du temps et de l'énergie qui nous restent. Certains jureront que ce que j'écris est faux, la passion n'a pas d'âge. Bien sûrement que la passion n'a pas d'âge mais elle requiert une certaine force et je n'ai plus cette force, ce qui est bien triste. Triste car quand nous partirons il y aura plus d'un coeur fendu.


Fendu !Tiens samedi je montrais quelques photos du mariage de la cadette de M.Cong, notre voisin-du-milieu. Sur l'une d'elle on aperçoit une vieille dame (la maman de Joseph) et un des vieux "commissaires politiques".... de notre Ngo 530 ! 
Lui, il vit avec une moitié de dentier (on le voit sur sa bouche), avant de manger il l'a discrètement mis en poche. 
- Une moitié de dentier ?

118687576_o


Et une fois ou l'autre ça sera mon tour. En effet, lors de ce repas je me suis cassé une dent sur un os. Sentiment désagréable mais aucune douleur. La gencive est enflammée car, de retour à la maison, il m'a fallu arracher ce morceau branlant. 

Les dentistes (que mon ami Francois me pardonne) n'ont jamais voulu considérer une dentisterie sociale.  

Dimanche, 14h17. 
Tout soudain, ce matin, Dulcinée se souvient que je suis chrétien * et propose de me rejoindre à la fin de la messe. Pour lui faciliter le "voyage" j'emporte le pousse-pousse vide. Plus personne ne s'interroge sur mes comportements. Un vieux tay (occidental) à la chevelure abondante qui fume la pipe en transportant un pousse-pousse vide ? 
À l'église, pas de problème.


La messe de l'Epiphanie est longue. Le père Alfonso fait les choses comm'i'faut. Dulcinée arrive en compagnie de son petit-fils juste au moment de la communion. Elle me localise sans peine grâce... au pousse-pousse. 
Le culte achevé (?) nous descendons vers le petit lac Truc Bach. Peu de touristes dans ce coin. C'est pourtant là qu'est née la ville (qui ne s'appelait pas encore Hanoi). Autrefois j'avais raconté cette légende. 


Nous mangeons dans un restaurant "étatique". Nourriture acceptable, service déplorable bien que le "personnel inférieur" se montre amicable comme dit Dulcinée. Les "cheffesses" indélogeables sont aussi âgées que les hôtesses d'Air France (ça a peut-être changé, il y a longtemps que je n'ai pas voyagé "sur" cette compagnie aérienne). 
Retour en taxi. 
Le môme épuisé s'endort. 

* Elle me glisse même quelques billets (VNd) sans précision. Faut dire que depuis notre arrivée au Vietnam je vis sans rien en poche. Choix, juste de quoi prendre un taxi en cas d'urgence.

... Dimanche soir, 20h56 (heure locale, 14h56 en Europe non-perfide). 

On est d'accord, j'ai poussé sur le petit vin chilien que Dulcinée a acheté hier soir (samedi) lors de notre brève sortie au supermarché en compagnie du petiot. Tout à pieds ce qui est rare pour ce miteux... comme pour les nouvelles générations vietnamiennes, de nuit en p'us.
Dulcinée me "pinarde" comprenant que je m'emmerde un peu, particulièrement lors de ces voyages en bus...Buoi - Times City, Times City - Buoi x 2 + 2. Cette femme aux immenses qualités fonctionnent aux récompenses. 

----------------------

Ce matin (dimanche) en passant sur Hoang Hoa Tham voilà que je tombe sur ce vieil allemand, fumeur de pipe com'moi. Il s'obstine gentiment à croire que je parle l'allemand. Étrangement, ce matin, j'ai été capable de construire quelques phrases presque Korrect ! On se tape réciproquement sur le bide. C'est un odieux bonhomme qui a épousé une Vietnamienne (comme moi en somme). Il possède deux appartements en Europe et vit de ces revenus. Mais je l'aime bien malgré sa vulgarité et un racisme si "naturel". 


Tiens, il y a deux jours, mon "Vieux Frère" tant aimé et moa nous échangions quelques propos ... à propos des "ils". Vous savez ce que sont ces "ils". Les Américains sont tous des cons primitifs sans éducations, les Allemands des gros cochons de buveurs de bière, les Français des efféminés précieux, les Italiens des rouleurs de mécanique, les Suisses, ah les Suisses, des vicieux, hypocrites, intérieurement convaincus d'être les plus modestes des orgueilleux de la planète, les Perfides, O Chers Amis Perfides et accidentellement anglo-saxons, je vous aime... bien que vous ayez inventé Darwin et le Libéralisme utilitaire. 
- Dadou ? Ces "ils". 

93791337


- Pourquoi es-tu si pressée ? Le Père Alfonso, aumônier des fidèles anglophones, répète souvent que la messe du dimanche ne doit pas être "expédiée" en vitesse, qu'elle est pour nous tous un temps d'arrêt. 
Les "ils" ce sont les amalgames. Les Juifs ont le nez crochu, les Romains, plus noblement, parlaient de nez aquilin. Les Arabes, les Musulmans sont tous.... 


Des fois moa, moa, je dis "les Chinois, ILS" et Dulcinée pense encore "plus pire" de ces gens qui colonisent le Vietnam sans se gêner. Ou alors quand je parle des hommes vietnamiens, tous des branleurs, buveurs de bière, des fainéants. 
Des fois je doute du "politiquement correct", héritage de la laïcité, je m'énerve des antis "Joyeux Noël", des ennemis du sapin, des fois je me regarde dans le miroir et je crie:
- Putain de merde, avoue qu't'es une saloperie de fasciste, de raciste, de catho-méchant, dis, hurle que ces cons d'athées sont à l'origine de ce grand merdier. Athées prétentieux qui veulent nous supprimer l'opium sans rien nous offrir en échange... et qui voteront "contre la burqa" quand on leur demandera parce que c'est du harcèlement sexuel après avoir voter "contre": "pour l'interdiction des minarets" en Suisse, il y a quelques années.

 

Enfants syriens, nos petits frères musulmans.

Des "ILS".... qui s'inventent des guerres parait-il pour

nous inonder de réfugiés, ah les vilains.


- Fume Papy, fume, bois.... 
Ce matin à la messe on sentait fort l'odeur de l'encens. Nous avons partagé le pain. Ce soir j'ai bu le vin. 
LE PLUS RIGOLO c'est qu'avec une philosophie de trois sous les athées nous re-inventent l'éternité, ou l'idée de l'éternité... eux qui prétendent croire qu'un "après n'existe pas". 
(Cette sentence mériterait un développement mais d'un autre côté je crois qu'elle est lumineusement nette, précise et philosophiquement évidente). 
- Papy ? 
- Oui ma Belle, ma Douce ? 
- Je t'aime comme tu es, où tu iras j'irai, où tu resteras je resterai.
- Je sais, je sais. 

93791340


Parlons d'autre chose: les observateurs et observatrices perspicaces auront noté que j'aime bien de temps à autre poster des photos de coquettes jeunes femmes indigènes, suivies, ces photos don, d'images plus rudes des gens de peine, de femmes travailleuses, commerçantes,... les hommes vietnamiens....ils...
Les expatriés en Asie du Sud-est, ils sont tous des pédophiles. Par chance ils tombent sur de petites gamines aux airs de 17 ans qu'en ont 25 et plus. Therefore ce qui aurait pu être un vice n'en serait-il plus un. Allelujah ! Les femmes vietnamiennes aiment ce jeu. Elles savent qu'à quarante ans elles ne "vaudront" presque plus rien. 
Toutes ces petites (fausses) jeunettes se font corriger le nez, les lèvres et les paupières. Leurs seins sont misérables (Ciel, il y a toujours des exceptions), leur cul est plat. 
Mais le tout bien emballé trouble l'expat, l'expat des années "90" comme celui (moins riche) du XXIeme siècle (siècle de merde). 


21h44. Bon, cétacé. 
- Oh, que tu es humoristique mon Dadounet. 
- Là, tu sais, et n'en sois pas jalouse, je m'ennuie de Zazie, Zoé et de Nicé... que pourtant je ne connais pas encore ou seulement à travers quelques photos. 
- Je ne suis pas jalouse, O Mon Dadou, je les aime mes cousines, j'aimais Gossip tu le sais, j'aimerai Nicé.